Charles Aznavour

Trenet, l'enchanteur

Parution: 2013

Auteur: Charles Aznavour, Jacques Pessis

Editeur: Paris Bibliothèques

Pages: 95

Genre: biography

Le Centenaire de Charles Trenet est inscrit au programme des commémorations nationales de l’année 2013, par le ministère de la Culture. L’événement est double: Exposition organisée par la Ville de Paris à la Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris (4 avril au 30 juin 2013) produite par Paris bibliothèques, avec le parrainage de Charles Aznavour; Exposition au Palais des Archevêques de la Ville de Narbonne (22 juillet au 28 septembre 2013), en même temps qu’un festival Trenet organisé par la Ville de Narbonne. Trenet a «fait descendre la poésie dans la rue», comme l’écrivit Jean Cocteau. Il a inventé le «swing à la française» et ouvert la voie à plusieurs générations d’artistes, qui le considèrent comme le plus grand d’entre eux. Parmi eux, Georges Brassens, Yves Montand, Léo Ferré, Jacques Brel, qui déclarait «Sans Trenet, nous serions tous des comptables», mais aussi Alain Souchon, Patrick Bruel, Benjamin Biolay, la Grande Sophie, et beaucoup d’autres, jusqu’à Carla Bruni interprétant «Douce France» dans son dernier album… Trenet figure au générique des chansons de Skyfall, le dernier opus de la série des James Bond! Né le 18 mai 1913 et disparu le 18 février 2001, Charles Trenet est un cas unique dans l’histoire de la chanson française. Il a écrit, composé et interprété en soixante-dix ans de carrière, plus de mille chansons. Soixante d’entre elles ont fait le tour du monde. Leur rayonnement demeure intact. Ses chansons «courent encore dans les rues». Le monde entier chante Trenet, encore et toujours… «La Mer», «Que reste-t-il de nos amours?» et d’autres couplets sont régulièrement interprétés et enregistrés par de jeunes talents, en particulier aux États-Unis, en Allemagne, au Japon et en Grande-Bretagne. Trenet demeure aujourd’hui une légende et une image de la France dans le monde. L’album accompagne la première rétrospective consacrée par les villes de Paris et Narbonne au centenaire de la naissance de Charles Trenet, qui entend mettre en lumière une trajectoire où la vie et l’oeuvre se mèlent au point de se confondre, où l’oeuvre donne sens à la vie et la plie à sa mesure. Narbonne, le monde solaire de l’enfance; Paris, l’effervescence de la création. Entre ses deux pôles, chers au coeur d’un artiste majeur, se joue le destin de celui qui est aujourd’hui salué comme l’inventeur de la chanson française moderne. Narbonne compose le paysage d’une quête dans le temps du bonheur retrouvé. Paris, ville monde basculant dans la modernité, révèle dans les années trente un prodige qui par l’explosion de son rythme et son invention folle, prend le surnom de «Fou chantant». Explosif de gaieté, l’éblouissant auteur de «Y’a d’la joie»? Le répertoire de Charles Trenet nous est familier mais, sous le jeu des apparences, son sens n’en finit pas de se dérober. Auteur subtil et profond, Trenet se joue des masques et des mots pour libérer l’imaginaire, pour mieux dire le bonheur à conquérir sur le temps qui passe et ne revient pas, le goût du rêve pour vivre à ciel ouvert. A travers une moisson de documents rares pour la première fois reproduits, provenant de collections publiques mais aussi de fonds privés, se dessinent les multiples facettes d’une production foisonnante qui invite à prendre la mesure de ce phénomène de création.